Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Fédération > Adresse du Secrétaire Général de la FNPOS-CGT À (...)

Adresse du Secrétaire Général de la FNPOS-CGT À l’attention du - de la secrétaire général-e du syndicat

Publié le jeudi 7 septembre 2017

Chère et Cher Camarade,

Après une période électorale éprouvante pour notre démocratie et les citoyens de France, s’ouvre le quinquennat d’Emmanuel Macron, de son gouvernement et de sa majorité parlementaire. Véritable homme de main du patronat, le Président est décidé à terminer le travail de casse social afin de détricoter ce qui reste du programme du Conseil National de la Résistance.

Dans un élan capitaliste et libéral revendiqué, celui-ci va s’atteler à remettre en cause notre système de protection sociale et l’ensemble des services publics. Au-delà de la destruction programmée du code du travail et des conventions collectives, ce gouvernement nous prépare à un changement radical de société, vers un individualisme exacerbé, ou chacun devra être le propre entrepreneur de sa vie, utilisant les nouvelles technologies comme une arme de destructions massives des conquis sociaux.

Comme si, le progrès ne pouvait pas être partagé par tous, servir l’intérêt collectif pour faire grandir l’humanité et l’émanciper des maux éternels de la domination d’une classe sur une autre. Cette vision systématique de la caste dominante consistant à exclure ou asservir l’ultra majorité de la population n’a rien de moderne mais est au contraire d’un archaïsme idéologique évident qu’il convient aujourd’hui de dépasser.

Le combat permanent de notre syndicalisme vers la justice et le progrès social a su créer, édifier des solidarités afin de pouvoir vivre dignement et en finir avec les angoisses du lendemain. La Sécurité sociale, son financement basé sur le salaire socialisé, son régime général à caractère universel et sa gestion confiée par élection aux assurés sociaux eux-mêmes relève de ses conquêtes ouvrières jamais égalées en matière de modernité sociale et toujours combattues par le patronat et ses apôtres politiques.

Véritable pilier de la protection sociale, refusant la marchandisation de l’ensemble des droits humains, cet édifice est en danger en proie à l’appétit féroce des financiers au pouvoir.

Ainsi, la présentation des ordonnances par le gouvernement et entre les renoncements des uns et les tergiversations des autres, il n’est plus permis de temporiser. Nos pires inquiétudes se trouvent aujourd’hui confirmées.

C’est à une attaque sans commune mesure que se livre le gouvernement contre les salariés. Il s’en prend notamment au contrat de travail, aux salaires, à la santé et à la sécurité au travail. La logique qui préside est insensée : faciliter les licenciements, renforcer la flexibilité et la précarité, briser les fondamentaux de l’ordre social en matière de droit du travail. Cette méthode produira en réalité davantage de travailleurs pauvres, en particulier parmi les femmes et les jeunes, et affaiblira les protections du plus grand nombre.

Le "CDI de chantier" est créé. Les indemnités prud’homales sont plafonnées. La place des syndicats est largement rognée, les entreprises de moins de 50 salariés se passeront d’eux. Les référendums d’entreprise sont favorisés, sur tous sujets pour les entreprises de moins de 20 salariés. Le périmètre national seul sera pris en considération pour les licenciements collectifs dans les multinationales...

La CGT dans son ensemble a pris la tête de la contestation et se met d’ores et déjà en ordre de bataille pour organiser la lutte et la résistance. Il n’est pas concevable d’assister à une telle régression sans tout mettre en oeuvre pour l’empêcher.

Il nous faut, dans un premier temps, expliquer, aller au débat avec les salariés, organiser la riposte. Partout il faut que des assemblées générales soient tenues. La priorité doit être donnée à la lutte contre ces ordonnances qui préfigurent ce qui sera mis en oeuvre dans les mois qui viennent dans la future loi de finance, le plan de financement de la sécurité sociale, les réformes des retraites complémentaires, de l’Assurance Chômage et la disparition du Régime Social des Indépendants…

Ça s’appelle le progrès, la modernité, la simplicité chez les macronistes ! Arnaque, c’est un retour au 19e siècle ! Il est quand même symptomatique, par la force des médias asservis, d’avoir réussi à faire passer pour moderne, ce qui constitue un véritable bond en arrière.

Nous devons par la force du nombre et la bataille des idées convaincre et lutter pour préserver, améliorer et adapter notre système social comme notre protection sociale aux défis du 21ème siècle.

La CGT et la Fédération Nationale des Personnels des Organismes Sociaux en appelle dès aujourd’hui à tout mettre en oeuvre pour contrer ces politiques injustes et antisociales.

Il nous appartient à tous de réussir le 12 septembre et de nous préparer à continuer la lutte jusqu’à ce que ces projets qui font la part belle aux patrons et à la finance soient retirés.

Nous oeuvrons chaque jour pour donner corps au progrès social, nous ne nous laisserons pas dicter nos conduites par les fossoyeurs d’un bien commun que nous continuerons à défendre quoi qu’il arrive.

En tant que secrétaire général d’une Fédération qui s’applique à défendre notre protection sociale, je ne peux que tous vous enjoindre à être au-devant d’un combat qui nous concerne au premier plan.

Je vous prie, Chère et Cher Camarade, d’agréer mes salutations syndicales.

Montreuil le 6 septembre 2017

Mots-Clés

Coordonnées

Fédération Nationale CGT des Personnels des Organismes Sociaux
Case 536
263 rue de Paris
93515 Montreuil Cedex
tél : 01 55 82 87 01 / fax : 01 48 59 24 75


Agrandir le plan
Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé