Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Nos Professions > Sécurité Sociale > DÉCLARATION CGT A LA COG ATMP DU 05 SEPTEMBRE (...)

DÉCLARATION CGT A LA COG ATMP DU 05 SEPTEMBRE 2018

Publié le lundi 10 septembre 2018

"Malgré les manœuvres, le front commun et la ténacité des organisations syndicales et patronales qui siègent à la CAT-MP a permis de gagner l’augmentation du budget de la prévention qui passera pour 2018, 2019 et 2020 de 50 à 85 M€ (soit +70 %), puis à partir de 2021 passera à 100 M€, la sanctuarisation des budgets et des effectifs de l’INRS, d’Eurogip ainsi que des équipes des Caisses d’assurance retraite et de santé au travail semblait acquise", souligne la CGT.

Changement de règles comptables

"Mais alors que tout semblait stabilisé, par une pirouette technique d’écriture comptable, 1 million d’euros se trouve effacé dans le budget de l’INRS. Dans le même temps, le directeur général de la Cnam annonce en séance la suppression de 100 postes dans le réseau des Carsat", poursuit la confédération qui juge ces manœuvres inacceptables "tant sur le fonds que sur la forme". "L’argument déployé de ne supprimer ’que’ des administratifs qui ne sont pas sur le ’terrain’ est indigne et prouve la méconnaissance du travail du réseau des Carsat, de l’INRS et d’Eurogip".

Serge Journoud, représentant CGT à la CAT-MP, explique à l’AEF que la DRP de la Cnam avait adressé la veille aux membres du conseil par mail un budget du FNPATMP (fonds national de prévention) où il manquait 1 M€ sur l’enveloppe destinée à l’INRS (78,8 M€ au lieu d’un peu plus de 80 M€ en 2017). "La DRP a changé la règle qui voulait que la négociation de la COG se fasse par rapport au budget prévu et non sur le consommé, et cela juste avant la signature. Nous n’avions pas été prévenu et cela a contribué à tendre le début de la réunion", expose-t-il. "Cela pose la question de la confiance que nous pouvons avoir vis-à-vis de la DRP et de l’impact que cela peut avoir sur les salariés alors qu’aujourd’hui, les regards sont tournés vers le rapport Lecocq qui prône le fusion des organismes" en charge de la prévention.

Les Carsat allégées de 100 personnes

"Nicolas Revel qui était présent nous a expliqué tout cela et lorsqu’il a abordé la question des effectifs des Carsat, nous avons appris que 100 postes parmi les personnels administratifs des Carsat seraient supprimés", poursuit le représentant de la CGT. "Dans un contexte d’excédents de la branche, il nous était difficile de valider une baisse des moyens et des effectifs administratifs des Carsat". D’autant, ajoute Serge Journoud, que la COG précédente avait déjà réduit fortement les postes. Selon lui, la présence en nombre suffisant de personnels administratifs permet de libérer du temps pour les ingénieurs-conseil et les contrôleurs qui sans cela ont des difficultés à tenir les délais.

"L’efficacité et la qualité du travail passent par la promotion de toute la communauté de travail de la Sécurité sociale. D’autant que les conditions de travail de TOUTES et TOUS se sont depuis des années considérablement dégradées du fait de centaines de suppressions d’emplois, conséquences dramatiques de la COG précédente. C’est pour cette même raison que la CGT l’avait rejetée. Cette manœuvre nous oblige, en cohérence, à voter à nouveau contre cette COG par-delà les avancées sur les fonds de prévention", concluait la CGT dans sa déclaration du 5 septembre.

trouvez ci joint la déclaration à la COG ATMP du 5 septembre 2018.

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé